Mon premier Baby Marathon

baby-marathon

Quelques semaines après avoir fêté ses 4 ans et réussi ses premiers coups de pédales en autonomie, Junior The Beat a de l’énergie à revendre et il est temps de lui trouver des activités qui l’épanouiront. Ne serait-ce que pour qu’il continue à apprendre la vie sociale, que la maîtresse ne m’alpague pas parce qu’il aura organisé des paris sur des duels au sprint avec des adversaires naïfs de petite section dans la cour de récré, et pour qu’il soit plus facile à coucher le soir.

Je n’ai pas cherché de club d’athlétisme car je le trouve un peu jeune ; je souhaite tempérer sa grande confiance en lui-même – « C’est qui le Monsieur en jaune ? », « C’est Usain, l’homme qui court le plus vite au monde », « Ben non, c’est moi. » – et le préserver aussi longtemps que possible de la jungle dans laquelle il faut nécessairement être le premier. Il veut déjà être le premier et la moindre défaite constitue une tragédie que câlins, bisous ou autres bonbons n’apaisent pas.

Je l’ai donc inscrit au foot, sport collectif, ludique et il aime ça à priori.

Néanmoins, je me suis dit que ce ne serait pas une mauvaise idée de l’inscrire à des épreuves de course à pied festives et sans classement. Justement, le semi-marathon de Lille se clôturait par un Baby marathon d’1km, ouvert aux enfants de tout âge, rue de Paris, de l’Opéra à la Porte de Paris.

La proposition lui a été faite deux jours avant, il l’a acceptée et a préparé soigneusement ses plus belles baskets – des Flash McQueen – de course, au drop quasi neutre, ainsi que son t-shirt préféré, celui des Rolling Stones, évidemment.

Ma course terminée, je l’ai rejoint péniblement au départ, en constatant au passage, que les badauds se foutent effectivement pas mal de l’épreuve sportive qui n’est, selon moi, qu’une animation dans le cadre de la braderie que tout le monde connait.

Quelques explications pour rappeler à Junior le déroulement de la course et des recommandations pour éviter les bobos. Je lui ai aussi précisé, comme c’était prévu en principe, que je restais en retrait avec les autres parents et qu’on se retrouvait à l’arrivée.

Puis PAN ! Le départ donné, j’ai vu Junior foncer comme une balle, slalomant entre une flopée de néo-bipèdes, évitant les adultes qui n’avaient pas voulu rester derrière. C’était la GUERRE ! J’ai vu des parents bousculer des enfants pour saisir les leurs et leur faire gagner quelques dizaines de mètres. J’en ai vu d’autres qui tendaient des gourdes suspectes à leurs mioches qui repartaient comme s’ils avaient sifflé la potion magique. J’en ai vu aussi qui posaient des pièges à loup et lâchaient des peaux de banane. L’idée de doubler tout le monde pour arracher la victoire et m’offrir la gloire m’a quand même effleuré, mais je me suis souvenu qu’il fallait veiller sur Junior et ses 1m06 qui avaient peut-être été écrasés dans la bataille.

Zigzaguant à mon tour, j’ai repéré ma progéniture qui semblait faiblir. Il était parti trop vite et réalisait qu’il serait difficile de battre son RP (record personnel). On s’est donné la main et on a couru plus lentement, on a marché, puis il m’a lâché, revigoré par un soupçon d’égo et quelques encouragements bienvenus.

Je le voyais là, les baskets qui claquaient sur l’asphalte, les poings serrés vers le ciel, le souffle presque coupé mais heureux de courir. Comme un enfant qu’il est.

La ligne d’arrivée passée, il a récupéré sa récompense (chers organisateurs, mettez des médailles !) excité de faire le récit de sa course à ses parents qui n’en avaient pas loupé une miette. Et il a fallu deux minutes, peut-être trois, pour qu’il réclame la prochaine.

Ben ouais !

Publicités

29 réflexions sur “Mon premier Baby Marathon

  1. Enorme! J’adore la guerre avec les autres parents et leurs pièges à loups. C’est superbe! Bravo JuniorTheBeat! Bravo Daddy (de pas avoir attrapé ton gosse pour le faire arriver avant tous les autres, ç’aurait été tellement easy…)!

  2. Bravoooo Junior ! Mine de rien, ça doit paraître super long 1 km pour des jambes de gamins … Surtout qu’ils ne doivent pas avoir beaucoup de notions de distance et de temps (attention, je suis nulle en enfant donc je dis peut-être des grosses conneries, sorry).

    • Non t’as tout bon. À cet âge-là ils se fient aux chiffres qu’ils connaissent et l’unité derrière ne leur fait ni chaud ni froid. 1 km c’est pas beaucoup parce que c’est ‘un’ ; 100 m c’est énorme parce que c’est ‘cent’. Pour la durée c’est un peu moins vrai, ils savent que ‘minute’ c’est pas beaucoup et ‘heure’ c’est beaucoup.
      Mais tu leur dis qu’ils vont courir 1 km et ils partent à toute allure comme si chaque pas était le sprint final.

    • Tu as le raisonnement que ce ferait un parent en observant son enfant. En effet, le temps se limite en 2mn (il sait que c’est bientôt mais qu’il n’a pas intérêt à moufter tout de suite) et en nombre de dodos.
      C’était bien avant. J’attends la prochaine Nike Watch pour enfant qui décompte le nbre de dodos.
      Et 1km, c’est abstrait, surtout que c’est trop loin pour lui donner un repère visuel. Alors il faut le laisser partir à fond et essouffler 😉

  3. Very cute 🙂 et c’est une grande question que de savoir comment stimuler des enfants qui en demandent beaucoup tout en leur apprenant à perdre pour faire face à la jungle qu’est la vie adulte !

  4. Ah la la, le piège du positiv split, erreur de jeunesse 😀 Trop mignon en tout cas, c’est chouette d’organiser ce genre de petites courses, ça donne le goût du sport aux gamins je trouve ça hyper important ! Bonne continuation au futur Usain ! 😉

  5. Excellent !!
    Aussi bien dans le récit que dans la manière ou tu fait découvrir des belles choses à ton Junior 😉
    Il à déjà l’esprit de compétition apparemment, c’est de bon augure 😀 je lui souhaite une belle et longue carrière

  6. Salut, je suis aussi un papa qui jongle entre CàP et vie de famille. Je suis ton blog depuis quelque mois maintenant, et j’y prends du plaisir et un max de motivation.

    Bref… Bravo pour cette initiative de découverte de la CàP en « meute » à ton petit. En plus, apparemment il y a pris goût, et ça c’est super. Il faut dire qu’en général, de voir papa – ou maman 😉 – pratiquer c’est motivant pour eux… sauf pour mon grand de 6 ans qui n’aime pas courir… Mais je ne désespère pas.. Un jour peut-être !!!

    Bonne continuation à vous. Et je souhaite surtout une belle et longue vie de runner à Junior The Beat.

    • Content que tu suives le blog et que tu te manifestes. Je pense que c’est facile de faire découvrir la course à pied à Junior car à 4 ans, il est forcément ouvert. Il veut faire la course avec les autres. Il manifestait l’envie de venir courir avec moi quand je partais en compet´ alors je l’ai emmené. Peut-être que ça ne l’intéressera plus dans 2 ans. Et puis ton fils s’y mettra quand il aura envie. 😉

  7. Pingback: J’ai tué mon chirurgien |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s