Semi-marathon de Lille : j’ai pas gagné

semi_lille

Illusion d’accessibilité à la course longue distance où finalement on peut se retrouver à courir en étant dans le rouge du début à la fin, le semi-marathon m’enthousiasme comme les mains du kinésithérapeute prêtes à compresser un muscle meurtri.

Pourtant je n’ai pas résisté et je me suis inscrit pour la deuxième fois au semi-marathon de Lille qui donne le départ de la grande braderie chère au 13h de Jean-Pierre Pernaut qui nous présente toujours le même monticule de coquilles de mollusques devant le même restaurant…

Pas d’objectif particulier, si ce n’est essayer de tenir pourquoi pas une allure de 4’45’’/km sans avoir pris la peine de calculer ce que cela signifiait au chrono final. J’avais chaussé mes Kalenji Kiprun Comp, shoes légères (205g), nerveuses, dotées d’un amorti suffisant au niveau du talon et relativement bon marché (80 euros).

Après avoir salué quelques connaissances ou visages familiers croisés dans d’autres courses, j’ai d’abord essayé de me faufiler parmi mes copains Kenyans et Éthiopiens sur la ligne de départ. Étrangement, la sécurité a jugé que je n’avais pas la dégaine pour être un des leurs. J’écrirai à l’organisation pour dénoncer cette discrimination. Puis, j’ai repéré l’ami Samuel, parfois partenaire d’entraînement, posté juste devant @Running_Stef que je rencontrais par hasard pour la première fois alors qu’on échange régulièrement sur Twitter. Je lui ai d’ailleurs proposé d’être mon lièvre mais nous ne nous sommes pas entendus sur la contrepartie financière.

Qu’importe, les hostilités enfin lancées, il fallait se frayer un chemin parmi les coureurs très lents qui prennent toujours un malin plaisir à se positionner devant les athlètes de mon espèce. J’ai mis du rythme, histoire de ne pas trop me fatiguer à piétiner. 4’43’’ le premier kilomètre, 3’59’’ le deuxième (WTF), j’ai trouvé une allure qui me convenait entre le 3e et le 4e kilomètre (4’17’’ environ). J’ambitionnais de tenir sur cette moyenne jusqu’à la mi-course pour contrôler une descente progressive jusqu’à 4’45’’.

Étant donné que je continuais à dépasser des coureurs et que les jambes avaient décidé de coopérer, j’ai maintenu l’allure kilomètre après kilomètre, en prenant soin d’accélérer après les ravitaillements que je passais au ralenti pour bien m’hydrater. J’ai commencé à décompter le temps vers le KM16 et j’aspirais à entrer vers la citadelle, décor moins monotone que les boulevards de la Liberté et Vauban ou rues d’Isly et de La Bassée.

J’ai réalisé que le parcours devenait plus agréable au moment où les jambes commençaient à coincer et le mental à décliner. Les allées situées au-delà des remparts, semblaient moins roulantes qu’à l’entraînement. Justement, malgré la prime promise, les vainqueurs n’ont pas battu le record de l’épreuve. De mon côté, je maintenais encore 4’18’/km.

Le bout de la rue Nationale atteint, je glisse à moitié aux abords de la Grand Place et entame la dernière ligne droite rue de Paris sans sprinter, sans doubler ni être doublé.

1h31mn et des brouettes : je suis satisfait, n’ayant pas trop de repère sur la distance.

Les points d’intérêt du parcours sont trop rares, selon le sens dans lequel on court, on ne les voit même pas (les Beaux-Arts par exemple). Les spectateurs sont semblables à des bovins qui observent les trains passer à la campagne, voire se montrent hostiles lorsqu’ils ont envie de traverser la voie pour rejoindre une artère de la ville bondée de gens venus profiter des soldes ou manger des kebabs.

Côté animation, on remerciera l’orchestre au niveau de Cormontaigne. Et c’est tout… Finalement, le moment le plus convivial sera les quelques échanges avec les copains dans la zone de ravito post-arrivée. Pour le reste, on a gagné le droit de rentrer avec un t-shirt tout juste digne d’être porté sous une polaire d’entraînement en plein hiver, puis pour ma part de me farcir 45mn de file interminable pour rejoindre l’Opéra où était donné le départ du Baby Marathon auquel participait Junior The Beat. Mais ça, je vous le raconterai plus tard…

Enfin, un petit tour sur une terrasse pour saluer (trop) rapidement une bande de Twittos bien folklos parmi lesquels ClemRunning, Bernard, Jo’Run, Matt , Carole ou l’incroyable et délicieuse Running Sucks et son Boy.

Maintenant, on consulte le calendrier pour savoir sur quelle course s’aligner le week-end prochain et… décrassage !

Publicités

33 réflexions sur “Semi-marathon de Lille : j’ai pas gagné

  1. Pingback: Semi-marathon de Lille, "c’est dans la tête" qu’ils disaient … | Running Sucks

  2. C’est un des premiers posts que je lis sur ton blog qui paraît presque « factuel ». J’ai fait cette course, j’ai été de là à là, à cette vitesse. Je me trompe ou je te sens pas passionné par ce genre d’épreuve ? Ou alors c’est juste l’atmosphère et le cadre de cette course en particulier, mais même la perf en elle-même, je te sens pas transcendé par le truc, c’est le moins qu’on puisse dire ! En tout cas c’est l’impression que laisse cet article.

    • Ouais, PAP, tu as entièrement raison. C’est du factuel. Mais il faut dire que c’est la première course dont je rends compte sur le blog. C’est pas un exercice excitant mais je ne pouvais pas ne pas en parler. Faut que je trouve un angle fun pour relater les épreuves même si je veux que ça reste 10% du blog.
      De plus, effectivement, ce n’est pas un type de course qui me plait et celle-là en particulier a été peu appréciée.
      Et pour ma défense : y’a mon récit du Baby Marathon qui suit dans les prochaines heures !

  3. Ne connaissant pas Lille, la concomitance des 2 événements est-elle voulue par la municipalité? Partager la ville avec des badauds venus faire des affaires et qui n’en ont rien à faire du semi d’où le regard bovin, çà doit donner une ambiance particulière… Sinon, il est mignon Junior : c’était la mignonnerie du lundi, dès demain je me remets à détester ces demi-portions aux mains poisseuses…

  4. Pingback: Un semi-marathon de Lille … dans l’indifférence et les odeurs de kebab | Le Muvrin

  5. Daddy Oh grand Daddy, bravo pour cette belle course et ce superbe chrono !
    Ravi d’avoir pu mettre un nom sur un visage. J’espère qu’on pourra rester en contact, faut que tu m’entraines hein !
    See U l’ami David, a bientôt !

      • Je me prépare bien pour ne pas me blesser et pour avoir un vrai objectif. Je ne veux pas finir premier, mais je veux arriver dans la fourchette de temps que je me fixerai ça sera déjà une belle victoire. Pour mon premier 10Km en compétition, je me fixe 45mn et pour mon premier semi 1h45.
        Je progresse, j’ai gagné 1 minute/km en 2 mois. (J’ai commencé bas ^^) et j’ai grappillé 15 secondes sur le mois d’aout. Comme je sens que je stagne, j’ai commencé un programme de 8 semaines pour améliorer ma VMA avec pas mal de séances de fractionné et minimum 3 sorties par semaine. On verra début novembre si cet entrainement aura porté ses fruits.

        Il faut qu’on se trouve pour un moment pour une petite sortie, ça sera avec plaisir et puis le soleil est au rendez-vous.

        • Wahou Doc, tu bosses dur dis-donc ! T’es déjà plus rigoureux que moi. Et tes objectifs sont bien ambitieux mais atteignables avec de la régularité. Tu voudras tenter un marathon pour la suite ?
          Je serai en convalescence jusqu’à mi-octobre mais après si tu veux, tu m’aideras à retrouver mon niveau à l’occasion d’une sortie, ok ?

  6. Pingback: CR Semi Marathon Lille Métropole 2013 | Matt Running

  7. Salut
    Je viens de lire ton compte rendu du semi marathon de Lille et je m’apercois qu’on a fait le meme temps 😉 me suis fait avalé par le meneur d’allure 1h30 au 17 eme kilometres apres coup j’ai essayé de resté sur ses talons mais forcé de me rendre compte que je ne pouvais pas le suivre 😦 temps 1h31 à l’arrivée
    Prochaine course semi de marcq en baroeul

  8. Pingback: Mon premier Baby Marathon |

  9. 1h31mn et des brouettes.. !!! Si seulement je pouvais déjà avoir rien que les brouettes .. 😉 Encore bravo pour ce magnifique chrono Daddy. Je partage complètement ton avis négatif sur l’ambiance et l’intérêt du parcours.. À très vite sur une prochaine course ou avec le.. Runcrew 😉
    Bises

  10. « des bovins qui observent les trains passer à la campagne » – Les spectateurs apprécieront ! ^^ Moi j’ai quand même croisé une dame méga enjouée, à cause de qui j’ai été obligée de me remettre à courir malgré le point de côté.

    Bravo pour ce chrono de dingue.

  11. Pingback: Semi Marathon de Lille … Bienvenue chez Nous ! | Clem Running

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s