Duel

duel-faceoffFIX

Ce titre m’a été inspiré par le film que Steven Spielberg a réalisé en 1971. Il s’agit d’un Road Movie mettant en scène une poursuite particulièrement absurde entre un commercial en informatique et un chauffeur poids lourd. Un film fascinant. Je vous le conseille.

J’ai passé quelques jours de repos pas tellement mérités du côté du Boulonnais, sa boutonnière, ses côtes, ses plages, ses dunes et ses routes départementales. De quoi bien me dégourdir les jambes. Pendant environ 10 jours, j’ai fait une sortie quotidienne de 20km et presque toujours sur le même parcours puisqu’il réunissait tout ce que j’attendais, des montées, des descentes, des longues lignes droites, de la route et du sable.

Des podcasts d’Histoire et de technologies, du Daniel Guichard, du Shabba Ranks et le bruit des camping-cars sillonnant les caps Blanc-Nez et Gris-Nez qui titillent si joliment l’Angleterre. Et la famille. Du plaisir.

Toutes les sorties se sont bien passées. Je suis même parfois descendu sous les 5mn/km en moyenne lorsque j’avais envie de me décarcasser.

Néanmoins, je ne peux passer sous silence une sortie qui m’a particulièrement contrarié.

Tout avait bien commencé, réveil tôt, chocapics, lait froid, temps doux. Chouette rythme dans la grosse montée qui mène de Wimereux à Boulogne et petite pause au sommet pour faire quelques photos.

Le temps d’avaler quelques gorgées de mon sirop de grenadine au petit trot et une mamie me double insolemment dans la descente. Je tente un croche-pied désespéré tout en refermant ma gourde. Je la rate malheureusement. Triste manque de réflexe.

Immédiatement, je me lance à sa poursuite. L’arthrose ne semble pas l’handicaper. Elle lâche les chevaux et là je comprends qu’elle sait que je suis derrière avec la ferme et noble intention de l’humilier.
La bougresse se permet même un saut de cabri au dessus d’une petite barrière que d’habitude je contourne par prudence.

Elle accélère à hauteur d‘une boutique qui me semble coupable de la barbe à papa rose-mauve qu‘elle a sur la tête. Un petit signe à Jean-Louis David et elle accélère encore. C’est sûr, elle sait que je sais qu’elle sait que je la pourchasse. Mais elle fait mine d’ignorer ma présence car jamais elle ne se retourne.

Sur la digue, je perds sa trace. Je repère habilement les bichons en liberté, même si elle court, Mamie doit être inconsciemment attirée. Il me semble apercevoir ses baskets TBS et son bronzage de femme qui a honteusement déserté la vie active depuis longtemps, la retraite à 50 ans sûrement.

C’est bientôt l’heure d’Amour, Gloire et Beauté, je n’arrive plus à la suivre. Sa foulée est dopée comme si elle écoutait le dernier album de Maurice Chevalier. Je tente de résister, je bouscule sans scrupule quelques minus qui apprennent à faire du vélo. Pour la bonne cause, j’ignore les jolies demoiselles qui s’essaient au roller, zigzague entre les mamies qui tiennent leur vrai rôle de mamie et font le piquet vers un horizon qu‘elles savent tous les jours un peu moins lointain.

Au loin, je vois Mamie qui s’arrête. Elle doit chercher son déambulateur ou son cardiologue. Je zieute ma montre et constate que je suis largement sur les bases de mon record personnel sur semi-marathon.

Parce que Oui, Mamie, moi, ça faisait déjà 10km que je courais quand tu m’as dépassé ! Et j’avais déjà couru 20km hier pendant que ton chirurgien t’injectait du botox. Et puis je n’ai pas dormi de la nuit parce que j’ai une famille, moi ! Des enfants qui ne font pas leurs nuits ! Toi, tu ne sais plus ce que c’est de s’occuper des enfants, VIEILLE PEAU ménopausée et méprisante ! A part les rincer avec un petit billet pour éviter qu’il s’en prennent aux bibelots qui squattent ton salon depuis les années où l’Inspecteur Derrick et la Petite Maison dans la Prairie étaient diffusés pour la première fois à la télé. Alors continue à t’enorgueillir, tu verras la raclée que je te mettrai au bridge quand je te rejoindrai au club des aînés, que tu seras aveugle et atteinte de démence sénile !

Je double enfin Mamie, je lève bien les jambes pour montrer que moi au moins je peux encore le faire, le regard fier, et je feins la sérénité comme je sais si bien le faire.

Alors qu’elle bien fait suer, Mamie.
Comme si j’avais besoin d’une leçon d’humilité…


Publicités

18 réflexions sur “Duel

    • 20km à peu près, hein 😉
      Une fois, avec un pote, un papy s’est mis à notre hauteur et nous a fait passer pendant plusieurs bornes 1km/h au dessus de notre plan. Apparemment il avait été super bon. qu’il nous a dit. Le vantard ! On aurait dû l’asphyxier. Si on avait eu les moyens 😉

  1. Trop bon, tu t’es fait mettre à l’amende par ma grand mère lol. J’espere bi que ça ne m’arrivera pas de si tot car j’imagine le coup au moral que ca doit produire. Allez la prochaine fois double dose de chocapic

  2. j’ai bien rigolé car çà m’arrive très souvent… le « senior » savoyard est dopé au génépi… remarque, je n’aime pas non plus être doublée par un petit con de 20 ans ni par une fille aux grosses fesses… ce qui m’arrive aussi régulièrement… EGO EGO EGO
    PS : Frédéric François me semble bien plus entrainant que Daniel Guichard : après, les goûts et les couleurs…

    • Quelle pression on se met ! Frédéric François, je l’écoute avec parcimonie. Je le réserve pour les grandes compétitions. Si je l’écoute à l’entraînement, ça perd de son pouvoir de stimulation. Mais je n’hésite jamais à doubler quand on vient de me dépasser ! (Les filles grosses mdr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s