Charcuterie et Running

menisque

Amis de la poésie, j’ai une confidence à vous faire : il m’arrive de faire des infidélités aux chemins goudronnés et autres sentiers boueux pour d’autres activités sportives.

D’autres activités qui m’apportent ce que la course à pied ne m’apporte pas particulièrement.

J’ai par exemple pratiqué le tennis pendant une vingtaine d’années, sport accidentellement pratiqué par plusieurs membres de ma famille. Ça ne parle peut-être pas à tout le monde mais j’ai réussi à atteindre miraculeusement le niveau seconde série. Je pense que je devais être le tennisman seconde série le plus nul de France, je l’avoue volontiers. Bref, j’ai laissé tomber ce sport car il ne m’apportait plus de joie et les duels avec des adversaires qui voient toujours les balles du mauvais côté de la ligne m’ont définitivement achevé. La goutte d’eau a été joueur qui me traitait de tricheur (ça n’était pas du tout ma réputation) et qui, je l’ai appris après, venait de se faire opérer des yeux.

Je joue des petites parties de squash parfois avec les copains, en mode défouloir. Ça travaille l’aérobie. J’ai aussi essayé des sports plus exotiques comme le kung-fu.

J’ai adoré le kung-fu et j’espère m’y remettre un jour. J’ai participé à 3 combats amicaux dans un tournoi démo. La première fois, l’adversaire devait avoir mon niveau et on n’a fait que se regarder. Match nul. J’étais donc invaincu. Les autres fois, j’ai fini par terre, clé de bras, chute, étranglement et on ferme la boutique. Au revoir la compagnie.

Mais s’il y a un sport qui fait partie de mon patrimoine génétique et familial, c’est le football. Oui, l’odeur de la pommade chauffante, des chaussures mal lavées, la douche collective, les blagues racistes et les railleries des copains après le match font partie de ma culture (dans mon ancien club, on me surnommait Patxi, du nom d’un chanteur de la Star Ac’, vous voyez). On pourra me traiter de beauf mais, même si je ne cautionne pas grand-chose dans ce sport, j’ai un attachement naturel qui remonte à mon enfance et ce que mon père a pu me faire partager. C’est familial, comprenez-moi.

En octobre, j’ai eu un mauvais réflexe, celui d’aller tacler un adversaire dont le comportement m’importunait vraiment. Je l’ai « découpé » comme on dit dans le jargon. Il était par terre. Dans ma maladresse, je me suis fêlé une cote. « C’est de ta faute », lui aurais-je dit, selon un coéquipier. Je ne devais pas être très lucide. Mais en me relevant j’ai senti une douleur au genou. J’ai continué le match. Puis j’ai continué pendant 5 mois avec la douleur qui ne passait pas jusqu’à une IRM qui a révélé le truc suivant : fissure du ménisque (plus tendinite, début d’arthrose, etc.). En clair, j’ai joué au foot avec un ménisque fissuré.

Entre temps, malgré l’inquiétude, j’avais commencé la préparation au Marathon de la Route du Louvre (Lille-Lens). A l’approche de l’épreuve, j’ai eu un peu peur. Puis l’épreuve est arrivée, les copains y ont participé et ils m’ont vraiment donné envie. D’autant que je voulais profiter de ce type d’épreuve pour rendre hommage à ma mère, décédée un an plus tôt. J’ai repris le chemin de l’entraînement, j’ai accumulé les kilomètres et je me suis fait ma propre préparation en fonction d’un corps que je connais maintenant depuis plus de trois décennies. J’avais demandé à mon père de m’accompagner pour le symbole et on s’est rendu à Caen pour le Marathon de la Liberté.

J’ai vécu cette épreuve avec beaucoup d’émotion (c’était mon 2e marathon) et ça a renforcé mon amour pour la course à pied, les rencontres, la difficulté, le challenge, le soutien, la rigolade. Mais la réalité est là : mon genou est toujours en compote (il est fissuré un peu dans tous les sens), mon corps compense ailleurs (tendinite à l’autre genou) et j’ambitionne de reprendre le foot. D’autres défis m’attendent en course à pied.

J’ai donc rendez-vous avec le chirurgien. Je serai opéré quand je voudrai. Une arthroscopie, c’est une toute petite intervention qui me rendra indisponible pendant un mois. Autrement dit, deux semaines en langage Daddy The Beat !

J’ai quand même une légère appréhension, l’anesthésie, la douleur, etc. J’ai maté quelques vidéos sur Youtube et ça m’a coupé l’appétit ce midi. De toute façon, rien n’est urgent, j’ai encore envie d’en profiter et de courir pendant les vacances. J’ai bien couru 2000km depuis la blesssure et je ne peux pas dire que j’ai mal. Peut-être que je perds en performance et que j’hypothèque mes chances d’être sélectionné aux prochains J.O.

Bref, pensez à mon genou à l’heure de l’apéro.

Et entraînez-vous bien, vous. Parce que je n’ai pas fini d’enchaîner les kilomètres !

IRM

Publicités

17 réflexions sur “Charcuterie et Running

  1. Je prends pas l’apéro mais je pense à ton genou. Très fort j’y pense! Et je lui envoie toutes mes ondes de guérison et de courage pour l’opération.
    Sinon j’avoue avoir un peu pratiqué le tennis, j’adorais ça, mais j’avais pas l’esprit de compétition à l’époque, de même que tous les copains du club, donc chaque fois que l’entraîneur voulait nous traîner à un tournoi, l’un de nous avait subitement une grand-mère malade, et on allait tous la voir…
    Et puis tu pratiques l’entraînement croisé! C’est bien! Dangereux apparemment, mais bien! Moi, je valide (certes, je ne suis rien, mais je me permets de valider!).

  2. J’aime bien ton mélange d’amour et de lucidité pour le foot ^^ Je n’aime pas le foot, c’est l’exemple type de l’anti-sport maintenant, et c’est triste, mais si ça on fait abstraction de ça, ça doit demander une sacrée condition physique et je me doute que ça n’a pas dû arranger ton genou !
    En tout cas je parle au nom de la Ligue en disant qu’on dirige tous nos super-pouvoirs vers ton genou pour qu’il se rétablisse parfaitement et que tu deviennes encore plus indécemment doué en avalage de kilomètres qu’avant !

    • Je dis souvent que j’aime pas le foot non plus. Mais il fait partie de ma culture et est souvent le théâtre de mon histoire familiale. Ça aurait pu être le décapsulage de bouteilles de bière ou autre chose. Sinon, si tu espères me passer devant en août, tu rêves. Je suis en vacances et je vais tout déglinguer.

  3. Décidément, tu sais écrire sous tous les tons !
    C’est bien, tu assumes ton amour du foot. Moi aussi. Je me suis dit « tiens, DTB connait Tatane, cool ! ». Il faut faire le tri dans ce sport, mais pour moi, le foot, ça reste des aprèm passés avec les potes sur un terrain en sable (punaise, ça fait grave joueur de favela qui a appris à jouer avec une boite de conserve non ?), à « défier » les grands frères… Et les soirées potes-PSG-McDO-bières of course… 🙂
    Bon courage avec le genou, je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais n’attend pas trop non plus. Profites bien de ton été, et ensuite, « ce qui doit être fait doit être fait », et tu pourras te faire de nouveau grave plaisir ensuite. 😉
    Santé !

    • Même culture du foot. Les potes, l’enfance, la rigolade, les matchs avec les manteaux en guise de poteaux. Le jeu, quoi. Il faut effectivement trier. Et puis, on court beaucoup au foot. Mais aurais du mal à jouer au foot en me passant de la CAP en parallèle. Merci pour tes conseils pour le genou. Le manque sera énorme !

      • Les rares fois où je refais du foot maintenant, j’hallucine toujours autant… 5 à 6 bornes de couru en 2H, mais des courbatures de dingues pendant 4 jours (les adducteurs ont du mal à suivre). Mais c’est toujours un plaisir de remettre les grandes chaussettes et le vieux maillot… 🙂

        • Oh c’est pas les mêmes efforts oui ! Avec mon genou impossible de toucher le ballon. Frustrant. Heureusement que le ménisque supporte la course. Des petites douleurs quand j’accélère quand même. Quel poste ?

  4. Pingback: J’ai tué mon chirurgien |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s